Vice vers ça

Publié le par VéroniCach

Biz hard, je me suis fais un pixhard...

Ah je capte vos mirettes en poinçon et votre sourire Jok'onde.

Voui je me suis lancée toile enchantée et rêverie bonbons fluo.

Est-ce que je diphtongue ?... C'était mièvre disgracieux, en défection de neurones ?

Et vous offre une addition critique assommante, façon menu gastronomique au restauroute. Non je ne boude le plaisir, les sourires et la pulpe tonique picotée.

Oui c'est un film à la plastique facile, easy listening et onirique girly.

Et alors ? Si quelque chose ne doit pas faner dans nos squelettes vacillants ce sont les émotions.

J'ai déroulé le carambar et malaxé le malabar, sniffé du rose et résultat j'ai respiré grand.

Film malin simple de comment ça marche notre équilibre d'être au monde, comment ça chahute, hésite, vaguàl'âme, aime et rêve.

Nos tricotages intérieurs pour détourner l'uppercut du coin de rue, la rengaine de la déveine. Nos manèges pirouettes aux mauvais coups.

Et même plus costaud, il nous apprend à perdre et quitter pour grandir...

Si vous avez un petit lot de gamins chagrins qui lambinent leur cocanutella, n'hésitez pas, prenez le ticket deux en un, plaisir intelligent...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article